Michel Chevalier, entre libéralisme et américanisme