L’art de ne pas couper les peaux en quatre