Robert Galisson : l’utopie et l’engagement