Quand l’archéologie de la vallée du Nil dialogue avec le reste de l’Afrique